Dialogue philosophique avec un adolescent souffrant de "doute radical"

S Allouche

Research output: Chapter in Book/Report/Conference proceedingConference Contribution (Conference Proceeding)

Abstract

L'un des principaux moments de l'histoire de la philosophie advient lorsque René Descartes s'enferme dans son poêle et en arrive à remettre en question l'existence de toutes choses (Méditations Métaphysiques, 1641). A partir du milieu du XXe siècle, ce type de doute structure de nombreuses œuvres de science-fiction: Simulacron 3 (Daniel F. Galouye, 1964), Ubik (Philip K. Dick, 1969), Matrix (Frères Wachowski, 1999), etc. Mais en philosophie comme en science-fiction, il s'agit toujours de procéder à des expériences de pensée, certes radicales, mais dont on revient. Qu’en est-il quand on commence à véritablement douter de l'existence du monde? C'est ce qui est arrivé à un adolescent, parvenu à un tel degré de souffrance qu’il a fini par devoir suivre une psychothérapie pour cela. Suite à la lecture d’un article que j’avais écrit sur Matrix, il m’a contactée et s’en est suivi un dialogue où je me suis efforcée de répondre à sa demande d’arguments rationnels opposables au doute radical. La communication ici proposée a pour objet de retracer cette interaction et ce faisant d’examiner le pouvoir de la philosophie, en termes thérapeutiques ou pathogéniques, selon son usage.
Translated title of the contributionDialogue philosophique avec un adolescent souffrant de "doute radical"
Original languageEnglish
Title of host publicationJournée mondiale de la philosophie, Colloque Nouvelles Pratiques Philosophiques, Chantier Philosoin, « Philosopher et prendre soin de la souffrance des enfants »
Publication statusPublished - 2011

Bibliographical note

Name and Venue of Event: UNESCO, Paris, France
Conference Organiser: Marie Agostini, Jean Ribalet
Other: 16-17/11/2011

Fingerprint Dive into the research topics of 'Dialogue philosophique avec un adolescent souffrant de "doute radical"'. Together they form a unique fingerprint.

Cite this